Forum RPG se déroulant dans un pensionnat magique. Viens rejoindre nos aventures !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

:               
               :: FLOOD POWER :: Corbeille Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas   
   

[Ecrit] Nouvelle

   
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                
       
   
       
      
Invité
Invité
   
   
       
       
                                       
          
Ven 25 Juil - 18:42
Invité
       
       
Coucou tout le monde ! J'ai récemment été inspirée, et me suis mis en tête d'écrire une nouvelle (pour ceux qui ne savent pas, c'est une histoire courte et brève). Finalement, elle sera en plusieurs parties, alors voici la première ! Le thème est en quelque sorte ''Je t'aime, moi non plus''.
J'espère que ça vous plaira, et n'hésitez pas de laisser des commentaires, merci ♥


- Belle soirée, pas vrai ?

Assise sur mon lit, en pleine lecture, je n'ai pas besoin de relever la tête pour deviner qui c'est. Mais je le fais quand même. Juste pour m'en assurer. Je suppose. La silhouette d’Adam se découpe dans l’encadrement de la porte. Il s’y appuie, adoptant une attitude faussement innocente et détachée Quelques mèches de ses cheveux bruns viennent cacher ses yeux de glace, lui donnant un air mystérieux.
J’ai envie de lui coller mon poing dans le ventre.
Il est carrément sexy.

- Elle l’était, jusqu’à c’que t’arrives.

Son regard amusé renforce son sourire insolent et je me fais violence pour garder mon calme. Qu’est-ce qu’il vient foutre dans ma chambre à vingt-trois heures ? Ce mec n’a apparemment pas l’air de connaître la logique. Ou peut-être que si, et c’est juste pour venir m’emmerder. Je penche pour cette seconde solution.

- Tu m’aimes pas vraiment, hein ?

- Wouah, et t’as trouvé ça tout seul ?

- Il faut croire que oui.


Je lève les yeux au ciel. Il m’exaspère. Y’a pas d’autre mot. Enfin si, des milliers justement, mais rien de très positif. Ou politiquement correct. Alors je vais me contenter de dire qu’il m’agace fortement.

- Qu’est-ce que tu veux ?

- J’sais pas. J’avais envie de te parler.

- C’est une blague ? Parce que si c’est le cas, vas voir quelqu’un d’autre, me fais pas perdre mon temps.

- Nan nan, j’suis sérieux !


Difficile de le croire étant donné qu'il est à moitié en train de rire. J’ai tellement envie de lui effacer ce sourire suffisant de son visage. Je me contente de serrer les poings. Son regard glisse sur mes mains, puis se reporte sur moi. Je vois bien qu’il sait qu’il m’énerve. Mais ça n’a pas l’air de le déranger. Au contraire, il profite du moment. Je revêts un masque d’indifférence, inspire un coup, puis reporte mon attention sur Adam. Il porte une chemise ouverte, laissant apparaître son torse et ses abdos, et son jean noir descendant légèrement sur les hanches, juste ce qu’il faut pour dévoiler l’élastique de son caleçon. Je ne peux pas le nier, il est bien foutu. Je détourne les yeux, espérant chasser ces pensées par la même occasion. D’autant plus que je ne veux pas qu’il croie que je le matte et qu’il me plait. Je l’ai juste regardé, et je le déteste. C’est tout. Rien de plus. Bon sang, est-ce que je suis en train de me convaincre là ?? Non, je le hais, c’est évident. Depuis qu’il a mit les pieds dans cet appart’ de colocation, y’a environ un mois de ça. Il ne cesse de se moquer de moi et de jouer les insolents en permanence. Ce qui a le don de fortement m’énerver, mais lui ça l’amuse deux fois plus. Ce mec est juste impossible...
La voix de mon audacieux interlocuteur me sort de mes pensées :

- C’est moi où…

- Détrompe-toi,
je le coupe. Arrête de prendre tes désirs pour la réalité.

Cette fois-ci, il ne s’empêche pas de rire, se moquant ouvertement de moi. Putain ce que j’aimerais lui donner la leçon de sa vie… Je n’ai pas besoin de regarder mes mains, toujours serrées, pour deviner que leurs jointures sont blanches. Je suppose que mes ongles ont laissé des traces en forme de petits croissants sur mes paumes. Mais je m’en fiche. Il m’agace. Je sais que je devrais pas le montrer, mais je peux pas m’en empêcher. Et ça m’énerve encore plus de savoir que je peux pas contrôler cette colère. La situation m’échappe et j’aime pas ça. S’il domine, je suis finie. Et ça, c’est hors de question. Je refuse.

- Bon, ça y’est, on a parlé, on est les meilleurs amis du monde, youpi, tu peux partir maintenant ?

L’amusement n’a pas quitté son regard, qui devient désormais joueur. C’est mauvais, ça… Je devine qu’il ne répondra pas à ma question, ni n’obéira, car il entre à présent entièrement dans ma chambre, refermant la porte derrière lui. Il me semble que je ne l’ai pas invité à entrer. Franchement, je sais plus quoi faire de lui… A votre avis, je devrais aller le faire piquer ?

- T’es pas si bonne actrice que ça, tu sais. (Je lève un sourcil alors qu’il continue d’arpenter mon endroit perso’.) Tu crois que j’ai pas remarqué ton p’tit manège ?

- De quoi tu parles ?

- Du fait que tu dis me détester. T’es sûre de ça ? Parce que moi, j’ai une toute autre opinion du sujet.


- J’en ai rien à foutre de ton opinion, Adam.

- J’adore la façon que t’as de dire mon nom. Surtout quand t’es en colère. Mais là n’est pas la question. Tu sais ce que je pense ?

- Non, et je m’en contre-fiche.

- Et bien je pense,
continue-t-il en ignorant complètement ma réponse, que dans le fond tu m’aimes bien. Et je dirais même plus, je pense que je t’attire.

L’absurdité de la chose m’arrache un petit rire. Il est sérieux, là ?

- T’es totalement fou, mon vieux. Arrête la coc’ ça te réussit pas.

Il délire carrément… Moi, attirée par lui ? C’est pas parce que je le trouve beau que je l’apprécie forcément. Ou que j’ai envie de sortir avec lui. C’est stupide. Je le déteste. Il me déteste. C’est aussi simple que ça. C’est comme en maths, avec les racines et les carrés. Les deux ensembles, ça donne le chiffre de départ. Ca sert à rien. Je viens vraiment de parler de maths, là ? Je n’ai pas le temps de me pencher plus sur la question car Adam se détourne de mon bureau pour venir planter son regard dans le mien. Le pire dans tout ça, c’est qu’il est très sérieux. Je mords ma lèvre inférieure pour ne pas éclater de rire face au comique de la scène. Tellement peu probable ! Adam, sérieux ? On aura tout vu…

- Arrête de jouer à ce jeu, Joyce.

- Quel jeu ?

- Tu sais très bien de quoi je parle. Fais pas comme s’il se passait rien.

- Désolée mais je crois que tu devrais aller dormir. T’as pas l’air d’avoir les idées claires.


Alors qu’il fait un pas, se rapprochant de mon lit et donc de moi, Adam sourit, d’une manière qui ne me plait pas beaucoup. Où veut-il en venir ? Si ça se trouve, il est complètement défoncé. Mais je remarque que ses pupilles ne sont pas dilatées, je vois encore le bleu de ses yeux. Théorie écartée.

- Tu esquives… Combien de temps tu pourras encore te mentir ?

J’ouvre la bouche pour répondre mais les mots me manquent. Merde, c’est pas le moment de perdre mes moyens ! Cependant, il n’a pas l’air de se préoccuper de ma pénurie de paroles, car il continue d’avancer vers moi. Recule, s’il te plait… Je peux pas réfléchir quand t’es là.
Mais il n’entend pas les plaintes que je garde pour moi et arrive maintenant à mon lit, puis s’y assoit. Comme ça, sans demander. Encore. On peut pas lire tranquille, ici ?
Je pose alors le livre que j’avais encore dans les mains, en prenant le soin de glisser un petit morceau de papier comme marque-page. Je soupire.

- Écoute, j’comprends rien à ce que tu racontes, est-ce que tu peux me laisser tr…

- Putain, Joyce !
me coupe-t-il.

La force de sa voix fait mourir mes paroles alors qu’elles n’ont pas encore franchit mes lèvres. Je me tais, les genoux repliés sur moi-même, et attends qu’il continue, en espérant qu’il fasse vite. Je jette un œil vers mon réveil. Dix minutes se sont déjà écoulées. La torture va-t-elle durer encore longtemps ?

- Tu sais, je t’aime bien. Même si t’as un caractère de merde, que t’es têtue, rabat-joie, assez chiante faut l’avouer, il peut t’arriver d’être sympa.

- T’as finit de te payer ma tête ?

- J’rigole pas.

- Moi non plus.

- En plus, t’es assez mignonne. Et t’es carrément bien foutue. Surtout sans tes fringues.


Je détourne le regard en me rappelant ce mauvais souvenir. Je me retiens de lui mettre mon poing. Le verrou de la salle de bain était cassé, quand il est arrivé dans l’appart’. Du coup, avec les autres colocataires, on avait mis au point un système de petite pancarte pour indiquer qu’il y avait quelqu’un dans la pièce, le temps de réparer la serrure. C’était ça, ou rien. Évidemment, cet idiot d’Adam n’avait ‘’pas vu la pancarte’’ et était entré dans la salle de bain alors que je prenais ma douche. Bien sûr, il avait pas fait exprès hein. Enfin, c’est ce qu’il disait. Déjà que je l’aimais pas, cette soirée m’a définitivement fait haïr Adam West. Heureusement, le verrou est réparé, plus besoin de s’inquiéter de quelque intrusion que ce soit. Du moins, dans la salle de bain. Là, y’a bel et bien une intrusion dans ma chambre.

- Sors de là.

- Non.

- Non ?

- Non.

- Très bien, je soupire. C’est moi qui vais partir alors.

- Tu l’feras pas.

- Ah oui ?

- Ouais.


Voyant qu’il me regarde d’un air de défi, je me lève, bien décidée à finir cette soirée tranquillement.  Mais lui en a décidé autrement car il m’attrape le poignet. Un frisson me parcourt en partant de la main. Je relève la tête. Il s’est aussi levé. Il tire légèrement sur mon avant-bras, me faisant perdre l’équilibre à moitié. Je suis juste devant lui, nos corps se frôlant, s’attirant comme des aimants, mais se repoussant aussi comme tel. Il ne m’a pas lâchée. Je le déteste. Je le déteste, parce que cette électricité dans l’air ne devrait pas être là. Adam ne devrait pas être là. Nous ne devrions pas être là. Je ne bouge pas, je ne peux pas, je suis paralysée, et j’en veux à tous les atomes de mon corps d’autant vouloir qu’il comble ce vide qu’il y a entre nous.
Ses yeux sont toujours rivés dans les miens, cherchant à capter mes pensées, sondant mon esprit, si embrouillé en ce moment, et je sens d’ici la chaleur de son corps qui fait fondre le mien – la tête me tourne. Sa main est encore sur mon poignet, et elle remonte lentement le long de mon bras, si doucement que ça en devient un supplice, elle passe par la pliure de mon coude, puis s'arrête sur mon épaule, et je n’ai pas le temps de l’arrêter avant que le peu d’air entre nous ne s’envole alors que ses lèvres effleurent d’abord les miennes… mais je réagis en m’échappant de son emprise, reculant de deux ou trois pas, le souffle court alors qu’on ne s’est pas vraiment embrassés. Je me cache le visage de mes deux mains, avant de changer d’avis et d’attraper mes cheveux comme si j’allais me faire une queue de cheval, puis je relâche tout, et mes mèches blondes retombent lourdement sur mes épaules. Je regarde Adam, et je sais que là, tout de suite, je dois avoir l’air d’un animal terrifié. Mais pour être honnête, je suis tellement mortifiée que je n’ai pas le temps de me soucier de savoir si mes émotions sont visibles. Putain qu’est-ce qui vient de se passer…

- Tu ne pourras pas le nier longtemps, Joyce. Je n’invente rien.

Je sens Adam hésiter un quart de seconde, puis il s’avance vers moi et me rejoint. Sa main se glisse sur ma nuque, puis il se penche jusqu’à ce que quelques centimètres à peine séparent nos lèvres. Une nouvelle fois.

- Tu es une lâche, murmure-t-il. Tu veux être avec moi, mais ça te terrifie. Et tu as honte. Tu as honte de pouvoir désirer un jour quelqu’un comme moi. Pas vrai ?

Il baisse son regard, mon cœur manque un battement, puis son nez effleure le mien, et je peux presque compter les millimètres qui séparent nos lèvres, cet infime espace qui pourrait tout changer. Je crois que j’ai oublié comment respirer.
Mais avant que mes jambes ne cèdent, il s’écarte, se détourne de moi et quitte la pièce sans se retourner.
Je ne me suis jamais sentie aussi seule.
              
       
                     Revenir en haut Aller en bas               
       
       
   
       
      
Invité
Invité
   
   
       
       
                                       
          
Lun 28 Juil - 22:44
Invité
       
       
J'adore, je veux la suite ♡
J'aime bien Joyce et Adam et tout o/
              
       
                     Revenir en haut Aller en bas               
       
       
   
       
      
Invité
Invité
   
   
       
       
                                       
          
Mar 29 Juil - 13:24
Invité
       
       
Mercii la suite est en cours de réalisation, mes amis me tannent pour que j'écrive plus vite xD *esclavagisme* ♥
              
       
                     Revenir en haut Aller en bas               
       
       
   
       
      
Invité
Invité
   
   
       
       
                                       
          
Sam 2 Aoû - 14:56
Invité
       
       
J'adore trop le début de ton écrit *0* ! La suite ! La suite !
              
       
                     Revenir en haut Aller en bas               
       
       
   
       
      
Invité
Invité
   
   
       
       
                                       
          
Mer 6 Aoû - 14:30
Invité
       
       
Merci Lélé ça me fait plaisir =D ♥
              
       
                     Revenir en haut Aller en bas               
       
       
   
       
      
Contenu sponsorisé
   
   
       
       
                                       
          
Contenu sponsorisé
       
       
              
       
                     Revenir en haut Aller en bas               
       
                               
Page 1 sur 1
                                              
          
      
                                                 
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
                             
Bienvenue à Ellour! :: FLOOD POWER :: Corbeille-
   
   
                               
   
                          
                  Sauter vers: